Cannabis dans les dessins animés

Tout le monde connaît Popeye, le héros de BD bien baraqué qui se retrouve à chaque fois dans une situation délicate ; et juste au moment où il risque de perdre de Bluto, le loup de mer barbu, il avale une boîte d’épinards. Il retrouve aussitôt une force surhumaine et bat chacun de ses adversaires. Mais est-ce que Popeye et Olive se procurent vraiment cette potion magique verte chez le marchand de légumes ?

L’argot pour cannabis

À l’époque où Popeye en 1929 a été imaginé par le dessinateur de BD américain Elzie Segar (1894-1938), épinard était l’argot pour cannabis. On l’entend par exemple dans cette phrase de la chanson “The Spinach Spong (I Didn't Like It The First Time)” [je n’ai pas aimé la première fois] du groupe de jazz Julia Lee and Her Boyfriends, qui ont fait un tube avec “Lotus Blossom (Sweet Marijuana)”. Ils jouaient dans les clubs de jazz de Kansas City où flottait tous les soirs un épais nuage de fumée d’herbe et ils utilisaient le terme épinard comme métaphore de la marihuana. C’est à se poser des questions sur le marin mangeur d’épinards, d’autant plus que Popeye mettait ce légume dans sa pipe. Ce qui est tout de même étrange pour des épinards en boîte.

De plus, les lobbyistes anti-cannabis des années ’30 prétendaient que le cannabis vous blindait contre les balles et vous donnait d’autres forces surnaturelles, comme le chantait Popeye : “I’m strong to the finish ‘cause I eat me spinach” (Je suis fort jusqu’à la ligne d’arrivée, car je mange des épinards). En tant que marin, Popeye connaissait évidemment les plantes et les aromates exotiques. Les marins américains ont en effet été les premiers à fumer du cannabis aux USA. Et il existe encore une autre référence au cannabis concernant Popeye : dans les années ’60, le chien de Popeye s’appelait Birdseed, ce qui signifie graines pour oiseaux en anglais, et à l’époque, les graines de chanvre étaient déjà utilisées comme aliment pour oiseaux.

The Spinach Song:

"Spinach has vitamin A, B and D, but spinach never appealed to me
But one day while having dinner with a guy, I decided to give it a try
I didn't like it the first time, it was so new to me
I didn't like it the first time, I was so young, you see
I used to run away from the stuff, but now somehow I can't get enough
I didn't like it the first time, oh, how it grew on me!”

Share: 
Facebook icon
Twitter icon
Pinterest icon
On display here: 

De nombreuses présentations de nos musées évoquent l’aspect culturel de l’usage du cannabis. Pipes et accessoires du monde entier pour fumeurs illustrent comment des cultures différentes se sont imprégnées de la marijuana et du haschisch.