Le premier musée du cannabis d’Amérique du Sud ouvre ses portes

Au cœur de Palermo, le quartier historique du Candombe, à quelques minutes du centre de Montevideo, le Museo de Cannabis de Montevideo ouvre ses portes le 9 décembre. Ce projet remarquable s’inscrit parfaitement dans la tradition uruguayenne de la liberté aujourd’hui et demain.

Réseau mondial 
À la tête du musée se trouve l’agronome uruguayen Eduardo Blasina, titulaire de l’une des deux autorisations délivrées en Uruguay pour cultiver légalement du cannabis. Il rappelle que le musée fait partie d’un réseau mondial avec des antennes à Amsterdam, à Barcelone et en Californie. « Nous voulons connecter les gens qui aiment la nature, l’art et la science, » selon le directeur.

Le Museo de Cannabis de Montevideo reçoit le soutien du Hash Marihuana & Hemp Museum (Amsterdam/Barcelone), qui prête des objets exceptionnels provenant de sa propre collection, à admirer dès le mois de décembre en Uruguay. Ces objets ont déjà été présentés dans l’exposition temporaire Histoire du cannabis, une plante défendue (2014) dans le Matilha Cultural à Sao Paolo (Brésil), qui s’est ensuite installée à Montevideo, dans la Casa Bertolt Brecht (2015).

Paix et durabilité
Dans le Museo de Cannabis de Montevideo, les visiteurs peuvent découvrir les multiples facettes du cannabis. Durant des siècles, cette plante a été utilisée pour la fabrication d’aliments et de vêtements, de papier, de filets, de médicaments et bien plus encore. C’est assurément très instructif, que l’on connaisse ou pas la plante. « La visite permet d’en savoir plus sur l’une des cultures les plus anciennes du monde, qui sera sans doute une des plantes les plus importantes du troisième millénaire pour ses propriétés thérapeutiques, ses nouvelles applications à des fins industrielles et son parfait équilibre du CO2 » explique Blasina.

Le MCM montre les nombreuses utilisations de cette plante et étudie comment le cannabis peut contribuer à relever les défis que l’humanité doit relever en cette ère de choc des civilisations et de changements climatiques. Le musée encourage également les recherches nationales indépendantes sur le renforcement du potentiel d’un Uruguay naturel et agro-intelligent. L’art et la science eux-aussi sont mis en lumière. Le musée espère pouvoir accueillir des visiteurs venus des quatre coins du monde et souhaite œuvrer à un monde pacifique et durable par un dialogue au niveau mondial.

Liverté et prospérité
La population de l’Uruguay a une longue tradition de liberté et dans laquelle le Cannabis Museum Montevideo s’inscrit parfaitement : du droit au divorce et de vote pour les femmes au début du XXe siècle, jusqu’au mariage gay et la culture règlementée du cannabis au début du XXIe siècle. La société uruguayenne est prospère grâce à la législation libérale qui respecte les droits de tout un chacun. La démocratie en Uruguay vit actuellement une expérience unique : c’est le premier pays au monde où la culture du cannabis est libre et règlementée. Le musée veut montrer à tout l’univers que la liberté amène paix et prospérité.

Jardin et cafetaria
D’autres plantes, comme le yerba maté, les cactus et les arbres fruitiers locaux, sont présentées dans le petit jardin ethnobotanique du musée. Il y a un bar-cafeteria yerba maté qui fait office de restaurant le soir. La bibliothèque, qui se trouve au rez-de-chaussée, [?] compte des nombreux livres en différentes langues, permettant aux visiteurs d’approfondir leurs connaissances sur le cannabis, les cactus et de nombreux autres sujets. La boutique du musée propose des souvenirs.

Pour de plus amples informations, vous pouvez contacter M. Eduardo Blasina : info@museocannabis.com.uy
Museo de Cannabis de Montevideo | Durazno 1784 | Tél. : +598 (0)98 720 721
www.museocannabis.uy

 

Share: 
Facebook icon
Twitter icon
Pinterest icon