L'histoire du cannabis médicinal

L’usage médicinal du cannabis remonte à plus de 5000 ans. Les possibilités médicinales du cannabis suscitent actuellement un intérêt grandissant dans le monde.

Une grande partie de la Collection du musée Hash Marihuahna & Hemp Museum se compose de divers objets anciens à caractère médicinal, qui offrent un aperçu fascinant de l’histoire de la médecine et de la pharmacologie. Divers tableaux représentant des apothicaires soignant des patients sont aussi exposés ; ils datent du 16e siècle, époque à laquelle le cannabis faisait partie de la panoplie des médecins. Bien que les Européens n’aient pas tiré parti des propriétés psychotropes plus puissantes de la plante avant le 19e siècle, les racines et les feuilles de cannabis étaient déjà utilisées couramment, généralement en cataplasmes, pour soulager les articulations gonflées, raides ou douloureuses. 

La découverte du cannabis médicinal

La découverte des vertus médicinales du cannabis a certainement été faite par hasard. Le premier usage de la plante de cannabis par les humains était la consommation des graines nourrissantes qui se développent à l’intérieur des fleurs de la plante femelle de cannabis après la pollinisation. La découverte de ces bienfaits s’inscrit donc dans ce contexte dans lequel les habitants consommaient déjà ces graines dans un cadre relativement médicinal, une tradition ancienne pratiquée dans de nombreuses régions du monde. Ces fleurs et les petites feuilles qui les entourent sont recouvertes de petites glandes résineuses contenant des cannabinoïdes, composants médicinaux actifs de la plante.

Nos ancêtres n’ont sans doute pas tardé à s’apercevoir que cette abondante source nutritionnelle avait des effets secondaires inhabituels lorsqu’une partie des fleurs était cuite et consommée en même temps que les graines. On peut imaginer que certaines des graines ont alors été brûlées accidentellement, et l’inhalation de la fumée en résultant aurait alors produit des effets qui auraient été très vite remarqués par lesdits ancêtres. C’est avec cette consommation accidentelle que se développèrent un usage délibéré et une forme primitive de pharmacologie.

Les applications modernes du cannabis médicinal

Les possibilités médicinales du cannabis suscitent actuellement un intérêt grandissant dans le monde. La collection du musée montre du cannabis médicinal dans des emballages modernes et dans des emballages d’autrefois. Les emballages modernes vont des cigarettes pré-roulées de cannabis sous sachets en plastique scellés par un cachet pharmaceutique, aux pots en plastique blanc marqué “Cannabis Flos” avec leur couvercle jaune caractéristique, dans lesquels est fourni le cannabis hollandais sous ordonnance. 

La liste des applications médicales du cannabis s’allonge d’année en année. Le paragraphe suivant aborde quelques-uns de ses usages, qui sont tous documentés par des études scientifiques répétées.

Bien que nous approuvions intégralement l’usage du cannabis médicinal, ce site ne doit pas être utilisé comme un outil de diagnostic ou un guide de traitement. Veuillez consulter un praticien médical qualifié avant de recourir à l’automédication. 

Glaucome

Le glaucome est une maladie incurable qui provoque une détérioration du nerf optique et une cécité irréversible. La tension intraoculaire en est une des causes principales : il s’agit d’une tension élevée des fluides du globe oculaire. Il a été démontré que le cannabis fait baisser la tension intraoculaire, réduisant le risque de détérioration du nerf optique et stoppant l’avancée du glaucome. 

Le glaucome est tellement commun qu’il est la seconde principale cause de cécité aux États-Unis. Qu’il soit fumé, ingéré ou vaporisé, le cannabis permet de traiter facilement et efficacement cette affection. Près de la moitié des personnes atteintes de glaucome ne tolèrent pas les médicaments pharmaceutiques prescrits pour cette maladie, et lorsque des gouttes pour les yeux sont prescrites en traitement, de nombreux patients ne les utilisent pas avec la régularité et la précision nécessaire pour que le traitement soit efficace. 

Traitements contre le cancer et le SIDA

Bien que n’étant pas encore en soi-même un traitement contre le cancer, le cannabis s’est révélé précieux pour de nombreux patients atteints d’un cancer comme médicament stimulant l’appétit et supprimant la nausée, qui est un effet secondaire fréquent de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Ceci est particulièrement important pour maintenir le poids et la santé, donnant à l’organisme du patient une meilleure chance de lutter contre la maladie. 

La même chose s’applique aux personnes atteintes du SIDA puisque de nombreux médicaments servant à traiter la maladie causent aussi des nausées et une perte de poids. Les stimulateurs chimiques de l’appétit et les antiémétiques ont plus d’effets secondaires que le cannabis, et représentent souvent un risque quand ils sont utilisés avec d’autres médicaments prescrits au patient pour traiter la maladie. 

Arthrite, rhumatisme et troubles inflammatoires

L’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde provoquent des articulations douloureuses et enflées ainsi qu’une raideur. Ingéré, le cannabis a des propriétés anti-inflammatoires et analgésiques (réduction de la douleur sans perte de conscience). Des études médicales ont montré que l’usage de cannabis réduit l’inflammation et la raideur matinale tout en améliorant la mobilité. Les médicaments pharmaceutiques prescrits aux patients atteints d’arthrite pour produire les mêmes résultats ont de nombreux effets secondaires désagréables et parfois dangereux, y compris ulcères, pertes de poids importantes et problèmes respiratoires.

Share: 
Facebook icon
Twitter icon
Pinterest icon

Collection items

Collection Hash Marihuana & Hemp Museum

Autrefois, le cannabis était utilisé comme remède contre toutes sortes d’affections.